13e colloque ALMOREAL

Maison de la Recherche Germaine Tillion - Boulevard Lavoisier | Angers

 

 

Programme du colloque

 

 

Fidèle à sa vocation, l'association d'hispanistes ALMOREAL, en collaboration avec le 3L.AM, va continuer en 2016 d'interroger les Relations entre l'Espagne et l'Amérique Latine en mettant cette fois-ci au cœur de sa réflexion la rencontre, effective, rêvée, décevante, violente ; inopinée ou préméditée, agréable ou fâcheuse, convenue ou insolite, autant d'encuentros y desencuentros explorés simultanément dans leur richesse notionnelle, leur complexité modale, et à travers les champs d'investigation les plus variés.

L'encontre comme l'encuentro tiennent étymologiquement du combat. Le terme de desencuentro, pour lequel le français ne peut proposer que des équivalents paraphrastiques, renoue en partie avec l'idée d'opposition et de désaccord. Il y aurait dans l'encuentro une dimension essentiellement physique, au sens où il donnerait lieu à des phénomènes tangibles et observables. De la même façon, le desencuentro, qu'il soit rendez-vous manqué, rencontre décevante, mésentente voire affrontement, dit la possibilité d'une rencontre, possibilité chargée de l'incertitude pour que deux chemins, deux regards, deux volontés ne se croisent pas, ou ne se trouvent plus. L'un et l'autre sont des préludes à d'autres expériences et d'autres états, quelle que soit leur chronologie.

Phénomènes physiques, donc, au sens large, encuentro et desencuentro développent leur temporalité et s'inscrivent dans un espace. Le temps de la rencontre –de l'encuentro– se décline au singulier et au pluriel, de la fulgurance du coup de foudre à la répétition de moments partagés furtifs ou prolongés, et peut s'institutionnaliser dans la célébration d'anniversaires. Quant à l'espace, il est le lieu où s'exprime le principe dynamique de convergence/divergence : encuentro et desencuentro impliquent tous deux un mouvement et des sujets, des trajectoires. Si l'encuentro prend la forme géométrique de deux lignes amenées à se croiser en un point d'intersection, le desencuentro peut être une non-rencontre ou bien une rencontre en un temps et en un lieu erronés. Un drôle d'endroit. A l'encuentro si prédictible, le desencuentro opposerait tous les pas de côté, les effleurements imperceptibles, les jonctions  manquées.

Du contact plus ou moins violent de l'encuentro et du desencuentro naît toujours quelque chose : des commotions, des vocations, des confrontations intellectuelles, esthétiques, linguistiques. La création s'élève sur le principe de la rencontre. Rencontre d'idées et de voix à l'intérieur des textes mais aussi avec un public, un spectateur qui viendra ou non à la rencontre de l'œuvre. Car il existe des œuvres malencontreuses, celles qui sont inaudibles et malvenues, comme il y a des gestes qui font entrer de travers en relation avec le monde.

 

 

Par Joëlle Vinciguerra (joelle.vinciguerra @ univ-angers.fr)