'No emotions please, we're British. The Labour Party's discourse on the European Union and Brexit' Isabelle HERTNER, conférence en anglais

visuel-accueil

Dr Isabelle Hertner, spécialiste des relations entre le Royaume-Uni et l'Europe,  donnera une conférence sur le thème du Parti travailliste et de l'euroscepticisme.

  Jeudi 15 novembre à 17h00
Amphi G. Tillion - Maison de la Recherche Germaine Tillion
Université d'Angers

Organisé par Laetitia Langlois et François Sablayrolles (3L.AM-Angers).                                              Télécharger l'affiche de la conférence

N.B. : La conférence sera donnée en anglais.

 

Dans les années 1990 et 2000, le New Labour avait à cœur de se présenter comme un parti europhile soucieux de vouloir nouer une relation étroite et constructive avec l’Union Européenne et ses états-membres. En 2001, Tony Blair, alors Premier ministre et chef du Parti Travailliste, déclarait, « ce serait une tragédie si le Royaume-Uni ne saisissait pas sa chance de se placer au cœur de l’Europe. »

Cette conférence posera comme thèse principale que – hormis une petite minorité des membres du Parti Travailliste – le parti dans son ensemble n’a jamais entretenu un réel lien affectif à l’égard du projet européen.

Discours sur l’Europe du Parti Travailliste à l’appui, le propos de cette conférence sera de mettre en lumière la dimension « conditionnelle » du langage travailliste à propos de l’Europe. En raison de ce discours sur le mode « oui, mais seulement si… », la relation britannique à l’UE a été essentiellement conçue en termes économiques, avec une attention particulière portée sur les bénéfices du marché unique pour le Royaume-Uni ainsi que la nécessité pour l’Europe de se réformer institutionnellement et politiquement.

Pendant et après le référendum de 2016, l’enthousiasme mitigé du Parti Travailliste pour le projet européen est devenu plus évident. Alors que le discours européen de Jeremy Corbyn est plus orienté à gauche que celui de ses prédécesseurs, il conçoit lui aussi la relation présente et à venir de son pays avec l’Union Européenne en termes économiques et utilitaristes. Dans le même temps, Corbyn reste très flou sur le programme post-Brexit de son parti et semble enfermé dans un discours de neutralité et d’ambiguïté. A cause de cette absence de lien affectif du Parti Travailliste pour l’Union Européenne, les europhiles britanniques de gauche ont décidé d’exprimer leur désespoir et leurs frustrations dans les rues.

 

 Dr Isabelle Hertner est maître de conférences, spécialiste de la politique du Royaume-Uni en Europe, à King’s College, Londres. Ses recherches portent sur les partis politiques (leurs programmes, leur rhétorique, leur organisation) au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Son ouvrage intitulé Centre-Left Parties and the European Union : Power, democracy, and accountability, fut publié en janvier 2018 aux Presses Universitaires de Manchester. Dans ce livre, elle compare les relations du Parti Travailliste, du Parti Socialiste et du SPD avec l’Union Européenne durant ces vingt dernières années. Cette recherche s’appuie sur plus d’une centaine d’entretiens avec des hommes et des femmes politiques de ces trois partis et du Parti des Socialistes Européens ainsi qu’une enquête par mail auprès des militants de ces partis. Isabelle Hertner a aussi mené des recherches sur les « Europartis » et leur dynamique interne de pouvoir. Récemment elle a publié un article sur les effectifs des « Europartis » dans la revue Journal of European Integration. Dr Hertner travaille actuellement sur un projet qui vise à examiner le discours des partis d’extrême-droite sur les femmes et la question du genre.