Soutenance de thèse de doctorat de Madame Fabienne FRANVIL

à 14h00,

 

 

"Spectralité et Immatérialité dans les œuvres de Wilson Harris  (The Guyana Quartet, The Carnival Trilogy, The Ghost of Memory) :  entre héritage du passé et création artistique libre"


Maison de la Recherche Germaine Tillion
Salle Lepage
5, bis boulevard Lavoisier 49045 ANGERS Cedex 01

 

Spectres et fantômes abondent dans les oeuvres de Wilson Harris qui oscillent en permanence entre substance et immatérialité, le visible et l'invisible, l'être et le non-être, la présence et l'absence, le rêve et la réalité, la vie et la mort. Wilson Harris lui-même se définit comme un fantôme complexe errant dans le paysage de sa propre histoire et de sa fiction. Les créatures spectrales permettent avant tout d'interroger un passé douloureux, celui de l’esclavage et de la colonisation, qui a laissé des traces invisibles, et d’établir un dialogue avec l’autre, avec les autres. Elles le remettent ce passé en question en le mettant en scène par le truchement de la métaphore théâtrale. Le drame de la conscience humaine se joue donc, selon le principe de la répétition infinie qui constitue un élément fondamental dans l’oeuvre de Wilson Harris. Spectres et fantômes révèlent et réveillent les traumatismes que les victimes de l’esclavage et de la colonisation ont enfouis, mais qui continuent de peupler leurs rêves. Ils replongent les personnages qu’ils viennent hanter dans un passé qu’ils avaient refoulé. Leurs incursions récurrentes rendent vaine toute chronologie linéaire et transportent le lecteur dans les méandres de l'imagination, de la conscience et de l'inconscient, qui obéissent à d'autres règles, d'autres lois et se réinventent sans cesse. Fantômes et spectres permettent aussi de se livrer à une démarche réflexive et introspective pour parvenir à une meilleure compréhension de soi. L'écriture de Wilson Harris est aussi l'écriture de l'insaisissable, de l'insolite ; c'est une invitation au voyage intérieur où spectres et fantômes trouvent naturellement leur place. C'est grâce à la force de l'imagination créatrice qu'il devient possible de redonner forme et matière aux spectres et fantômes qui hantent les romans de l’écrivain; de redonner vie et substance à ce qui semble avoir disparu. Ces êtres hors du commun jouent donc un rôle prépondérant dans la reconstruction de la psyché humaine brisée et tourmentée que l’auteur exploite pour mettre ses capacités créatrices en exergue, afin de proposer une alternative aux tensions qui subsistent entre l’ancien monde et le nouveau monde, les anciennes colonies et les empires coloniaux déchus, la périphérie et le centre. Créant de nouveaux espaces d’expression libre où vainqueurs et vaincus, colons et colonisés, s’affrontent de manière symbolique et différée, l'auteur franchit des frontières catégorielles et se livre à de multiples expériences de transsubstantiation par le biais d'une manipulation complexe et inédite du langage. A cheval entre la tradition et les mythes fondateurs d’une part, la création artistique et l'imagination créatrice d’autre part, les romans de Wilson Harris offrent de nouvelles perspectives en termes de construction identitaire, car l’auteur établit des passerelles entre les cultures, les traditions, les mythes, les artistes, les hommes et leur environnement. Son art visionnaire lui permet d’analyser l'aspect caché des actions et motivations des personnages qui traversent ses oeuvres et doivent faire face à de nombreuses résistances. Dans sa recherche d’un meilleur équilibre, Wilson Harris tente d’appréhender les contours de nouvelles identités plurielles, complexes, composites, paradoxales, mouvantes et fluides évoluant dans une société régénérée et capable de se réconcilier avec un passé douloureux. Wilson Harris propose donc de résoudre les crises identitaires, politiques, historiques et humaines par le recours à une imagination élaborée. Cette entreprise qui relève de l’utopie offre néanmoins des perceptives inédites aux tensions et conflits qui minent les sociétés modernes toujours menacées par la tyrannie et les dérives du pouvoir.

 

Composition du jury :

  • Madame Salhia BEN-MESSAHEL, Professeur des Universités Université de Toulon, Rapporteur
  • Monsieur Dominique DUBOIS, Professeur émérite Université d’Angers, Directeur de thèse
  • Madame Françoise KRAL, Professeur des Universités Université Paris 10, Rapporteur
  • Monsieur Michael MITCHELL, Interim Professor University of Paderborn, Allemagne, Examinateur
  • Madame Kerry-Jane WALLART, Professeur des Universités Université d’Orléans, Examinateur