Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo laboratoire

Axe 2 : Conflits : histoire(s), écritures, représentations

Axe de recherche

Axe 2 : Conflits : histoire(s), écritures, représentations

La notion de conflit fait l’objet d’interprétations diamétralement divergentes. Pour certains, dans la lignée du philosophe et sociologue Simmel, le conflit est une forme de socialisation.
Il convient d’en penser positivement, dans le prolongement des travaux d’un Lewis Coser au début des années 1960, les fonctions sociales. Pour d’autres, sans doute plus nombreux, le conflit est avant tout un problème qu’il s’agit de contrôler quant à ses effets, voire de supprimer en intervenant sur ses causes ou par la promotion d’un ordre de légitimité qui lui est supérieur. L’ordre normal des choses est un ordre sans conflit.  

 

De la première école, qui parfois puise ses intuitions de base dans une certaine lecture de l’œuvre de Machiavel, on retient l’approche conflictualiste du politique. Dans une perspective schmittienne, on dira que le politique c’est d’abord et avant tout le conflit. De la seconde, marquée par les notions de stabilité et de consensus, le politique se constitue par-delà le conflit, en référence à une représentation d’un bien commun ou d’une idée partagée de la justice. Quel statut et quelle valeur reconnaître au conflit ? Quel sens et quelle portée accorder à la valorisation du conflit ? Le débat reste encore aujourd’hui largement ouvert. 

 

Le 3L.AM, par sa structure pluridisciplinaire, interroge cette alternative sous de multiples angles, qui ont néanmoins tous trait aux écritures et aux représentations (littéraires, linguistiques, artistiques, cinématographiques) du conflit. Écrire la guerre, filmer la violence ordinaire, représenter les inégalités sociales ou de genre, c’est, toujours aussi, et par les moyens qui sont propres à chaque art, dire quelque chose de ce qu’est le conflit, de ce qu’il signifie dans un contexte historique, social, culturel et idéologique donné. S’intéressant à différentes aires géographiques (anglophones, francophones, germanophones hispanophones), les chercheurs du 3L.AM engageront la réflexion autour de la notion de « conflits » à travers le prisme de leur spécialité. L’approche interdisciplinaire, favorisée par les nombreux projets collaboratifs initiés par les membres de l’unité, permet en effet une perspective comparatiste entre les différents champs géographiques et culturels ; elle invite en outre à croiser les outils théoriques exploités par les chercheurs qui traiteront du conflit à travers différents supports (littéraires, cinématographiques, artistiques, théâtraux, civilisationnels, linguistiques).  

 

Les conflits politiques opposent des groupes : classes professionnelles et sociales, minorités ethniques et communautés confessionnelles, organisations politiques (partis, Etats, Institutions) et associations citoyennes visent à faire valoir des intérêts souvent divergents (économiques, culturels, nationaux). Les normes sont sans cesse remises en question dans le cadre des conflits qui se jouent entre féminin et masculin, entre le soi et l’autre, entre mémoires dominantes et mémoires vernaculaires... Ainsi envisagés, les conflits mettent en exergue les valeurs sociales et politiques d’une société ; les chercheurs du 3L.AM seront sensibles à revisiter l’histoire des conflits à la lumière des œuvres littéraires, cinématographiques et artistiques qui portent l’empreinte des débats politiques historiques. Ils tenteront de mettre en perspective des mouvements socio-historiques qui se sont développés dans des contextes nationaux spécifiques pour dégager un certain nombre de phénomènes communs. Les conflits naissent-ils des mêmes facteurs ? Ont-ils les mêmes effets sur le plan de la mobilisation ? Les études coloniales et postcoloniales permettent-elles de mieux comprendre les conflits du passé et les crises contemporaines, liés à la redéfinition des pratiques à l’ère de la mondialisation ?  

Les chercheurs seront aussi amenés à s’interroger sur les enjeux éthiques et idéologiques qui accompagnent les écritures et les représentations des conflits à différentes périodes de l’histoire. Ils s’intéresseront à la distance entre mémoires dominantes et mémoires vernaculaires, explorant un espace où se négocient les mémoires individuelles et collectives. Ils engageront la réflexion sur les rapports entre guerre et idéologie, sur les mémoires de guerres telles qu’elles se traduisent dans la littérature des témoignages ainsi que dans les films de propagande ou au contraire de contre-propagande. Ils examineront la manière dont les écritures et les photographies de guerre mettent en œuvre, ouvertement ou non, divers procédés destinés à contester, voire à invalider des discours consensuels. L’étude des pratiques littéraires et artistiques mises en œuvre pour rendre compte esthétiquement du/des conflit(s) permettra d’envisager la dimension traumatique et violente du conflit. Les productions culturelles d’une société rendent compte du traumatisme individuel et collectif ; quel rôle jouent-elles dans la négociation des « différends » mis en œuvre dans les conflits ? Entre trace matérielle et effacement, répétition et dépassement, création et épuisement, on envisagera la fonction cathartique des productions artistiques et littéraires. Inversement l’œuvre d’art est-elle instigatrice de conflits? 

 

Seront également explorées les dimensions politique, sociale et idéologique de la mise en texte et en images des conflits et les éléments qui déterminent la production, la diffusion et la réception de ces images. Alors que l’art est aussi un commerce, par ailleurs source de conflits d’intérêts, nous envisagerons les contraintes idéologiques qui pèsent sur l’écriture et la représentation des conflits, voire sur l’oubli de certains épisodes ou personnages historiques au profit d’autres événements. Le contexte politique et économique des productions artistiques sera envisagé dans le cadre de conflits sociaux, idéologiques et culturels : l’écriture aide-t-elle à transcender le conflit ? Comment l’image peut-elle faire acte de résistance ? Le cinéma peut-il articuler ensemble l’engagement d’une industrie et celle d’un auteur-réalisateur ? La position éthique des acteurs d’un conflit est elle-même source de questionnements dont l’art engagé se fait le relais. Alors que les conflits du passé sont à l’origine de revendications dans le présent (réparations) et nourrissent les représentations de l’avenir, les nouvelles technologies proposent des exemples novateurs d’expression et de créations. Quelles formes d’écritures, de lectures et de pratiques sociales les outils numériques favorisent-ils ?  

Les conflits s’ancrent dans les territoires : les conflits urbains existent-ils seulement dans les villes modernes ? Sont-ils liés à de nouvelles formes d’arrangement spatial ? La rue elle-même est à considérer comme espace de conflit, lieu d’affrontement où s’expriment différentes formes de contestations (manifestations, émeutes, répressions), parfois sous la forme de créations artistiques (happenings, performances, graffitis, peintures murales). Les histoires de lutte s’inscrivent dans l’espace urbain ou rural, autant de lieux qui trahissent le poids d’histoires oubliées et attirent l’attention sur l’expression des minorités. Nous étudierons les formes de contestations : histoire orale, créations artistiques, productions langagières qui participent à la reconnaissance des expériences opprimées. Attention sera également portée aux conflits esthétiques. Les chercheurs seront ainsi amenés à interroger les normes d’appréciation établies à une époque donnée. Les mouvements des avant-gardes historiques pourront, avec leur injonction de renouveler les formes, ainsi faire l’objet d’une analyse particulière. 

 

Les conflits se traduisent également dans et à travers la langue : vise-t-elle à renforcer la norme ou permet-elle de la subvertir ? L’approche linguistique permet de mettre l’accent sur la divergence entre la Norme et des variations/usages variables en discours susceptibles d'introduire des clivages dans la société en fonction du respect ou non-respect des usages normés/standardisés.  

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez