GAULON Jean-François (jeanfrancoisgaulon.professeur @ gmail.com)

 

 

 

 

THÈSE : Étude des motifs du son et de la musique dans la littérature fantastique de la fin du XIXe siècle (1875-1915) (domaines français, belges et anglo saxons)

 

Début en 2012 - 2013

 

Sous la direction de Nathalie Prince

 

Cette étude est consacrée à la présence de  la musique dans les imaginaires fantastiques anglais, belges et français à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle. La crise du fantastique littéraire, notamment liée à la représentation du surnaturel, semble particulièrement coïncider avec celle d’une musique à dominante wagnérienne puis post-wagnérienne qui voit son univers, sa structure et ses thématiques bouleversés en France comme ailleurs. De quelle manière la littérature fantastique de l’époque assimile-t-elle cette mutation musicale profonde et dans quelles proportions ? Cette recherche vise d’abord à constater la présence de la musique dans les récits d’auteurs importants comme Jules Verne ou Jean Lorrain, ou d’auteurs plus mineurs. Il convient ensuite de s’interroger sur l’apport de la musique quant à la rénovation du paradigme fantastique. A la recherche d’un imaginaire novateur en lien avec son temps, le conteur et le romancier explorent de nouveaux territoires par le biais de la sensibilité musicale. L’analyse portera ainsi sur la manière dont la musique transparait dans le texte fantastique, à l’image de la présence de personnages atypiques comme le mélomane ou l’instrumentiste. Autant de caractères voués à dévoiler des peurs nouvelles, plus subjectives et plus individualisées. De leur passion ou de leur pratique de l’art musical nait une folie intérieure. Cette dimension très personnelle de l’étrangeté, parfois de l’effroi, se poursuit jusque dans des phénomènes hallucinatoires, parfois hypnotisant liés à l’audition. En partant d’une science musicale qui n’efface pas complètement son rapport avec la magie, ces phénomènes posent la question de savoir si la clé du mystère et de l’au-delà  ne se trouve pas dans la musique elle-même, hors du texte.