DILUTE (Dispositifs de lecture et d’usages des textes pour l’éducation)

Patricia Lojkine,professeur en lettres à l’Université du Maine, 3L.AM.

 

http://www.msh.univ-nantes.fr/12811269/0/fiche___article/

L’opération de recherche MSH-DILUTE a débuté en janvier 2014. Elle fédère des recherches dans le domaine des humanités numériques qui partagent un intérêt commun pour les dispositifs d’accompagnement et de promotion de la lecture et de la culture.

Le programme concerne les spécificités de la lecture et des usages des textes à l’ère numérique et se concentre sur les apports d’outils spécifiques favorisant l’appropriation culturelle au niveau de l’enseignement secondaire et supérieur, notamment le logiciel de collaboration enrichie autour de documents textuels breveté par l’Ecole Centrale de Nantes (Ezoombook, eZB).

Les lecteurs d’aujourd’hui développent face aux textes des tactiques proches de celles que décrivait – avant l’ère de la textualité numérique – Michel de Certeau : « des avancées et des retraits, des tactiques et des jeux avec le texte » [1990]. Certaines fonctionnalités des nouveaux outils numériques collaboratifs vont dans le même sens, accompagnant ces mouvements de « zoom » avant et arrière (par ex. les va-et-vient entre le texte intégral et les « ezoomlayers », couches de citations ou de textes résumés à divers degrés) que le lecteur a appris à pratiquer intuitivement, ou sous la conduite d’un formateur.

Nos expériences d’enseignement nous incitent à développer des méthodologies et à proposer une meilleure utilisation de certains logiciels (eZB, mais aussi le logiciel de textométrie TXM) pour la construction de savoirs et d’outils (des livres multi-échelles, des bases de données) stimulant la lecture et l’usage des textes (parfois anciens) au présent.

Les corpus textuels travaillés sont choisis par les différents chercheurs ou enseignants en fonction de critères variés, mais avec la conscience qu’il convient de préserver les « multiples formes de lecture » contre la tendance, soutenue par la pratique scolaire comme par l’usage de la « navigation », à privilégier la seule lecture d’extraits découpés selon des critères externes (Alain Viala). Sont ainsi travaillés des textes narratifs longs exigeant un investissement dans la durée et la continuité (romans, sagas) ; des textes « résistants » au niveau de la langue (langue étrangère, ancien état de la langue française) ou de l’herméneutique ; des textes critiques se prêtant à l’exercice de la note de lecture, de la synthèse et de la comparaison (par ex. dans le champ de la sociologie) ; des textes à structure codifiée (par ex. des contes) ouvrant sur une meilleure connaissance du patrimoine et donnant lieu à des exercices d’appropriation par la réécriture ; des textes discursifs (prose d’idées du temps de l’humanisme et de la Réforme, notamment) dont l’approche peut être renouvelée avec l’aide de logiciels (TXM) permettant des relevés de réseaux lexicaux et de cooccurrences, des approches statistiques et comparatives, etc.

Cet intérêt pédagogique va de pair avec une curiosité prononcée pour les manières dont évoluent, par contamination avec le modèle hypertextuel, les catégories intellectuelles, influencées par les modèles du réseau et de l’arborescence ; les formes de raisonnement et de discours, qui prennent d’autres voies que l’argumentation linéaire ; des partages socio-culturels et technico-sémiotiques (partages écrivain-lecteur, écrit-support-machine, écrit-image-son) ; les modes de lecture et d’appropriation des textes ; les modes de distribution et de distinction des textes (en fonction de leurs genres, statuts, supports…) ; les pratiques sociales de partages et de collaborations autour de textes co-écrits etc.

Ainsi, le projet comporte un volet bibliographique. On s’attache à suivre l’actualité des parutions (ouvrages ou revues comme Distances et Médiations des Savoirs : dms.revues.org) ou des conférences-débats organisés par des réseaux spécialisés (http://www.reseau-terra.eu/ numer-univ : examen critique des nouvelles technologies, de leurs usages sociaux et de leurs effets dans la société). Certains ouvrages ou articles de référence donnent lieu à des notes de lectures partagées au sein du groupe ou avec les étudiants (par ex. sur les publications de Serge Bouchardon, de Roberto Casati…).

Ce projet transdisciplinaire, à la fois théorique et pratique, s’articule de fait autour de 6 directions de recherches (DR) coordonnées. Chaque chercheur participe à une DR au moins (idéalement à deux ou trois) :

DR1-recherche académique sur les mutations de la lecture à l’ère du numérique, dans ses dimensions socio-historiques et cognitives ; réflexion méthodologique sur les apprentissages et la lecture à l’ère du numérique

DR2-travaux théoriques sur l’articulation entre lecture et interprétation

DR3-constructions de savoirs relevant de la culture linguistique, littéraire et socio-politique, singulièrement autour de la thématique de la Déviance

DR4-réflexion d’ordre épistémologique sur les méthodes appropriées à la diffusion de ces savoirs, ainsi que sur les enjeux de cette diffusion pour la formation intellectuelle et citoyenne des jeunes

DR5-réflexion d’ordre pédagogique sur le développement de nouvelles méthodes liées au numérique qui impliquent des dynamiques collaboratives sur plateformes numériques 

DR6-la direction de recherche sur le numérique (DR5) s’élargit et se complète :

- en s’appuyant sur le développement de plusieurs fonctionnalités supplémentaires eZB (Ezoombook) et TXM (Textométrie), en vue d’applications pédagogiques adaptées au secondaire et au supérieur ; sur la construction de bases de données élaborées au moyen d’eZB et de TXM 

- par des propositions d’activités pédagogiques conjuguant les fonctionnalités des deux logiciels TXM et eZB qui convergent en ce qu’ils aident à dégager l’architecture (rhétorique, argumentative, narrative) d’un texte, ainsi que ses propriétés (repérage d’un style, d’un lexique, de récurrences lexicales ou morpho-syntaxiques, etc.)

- en prenant en compte le contexte juridique de l’environnement juridique.

 

 

Le Mans Université  (établissement porteur)

 

Nathalie PRINCE, Professeur de littérature générale et comparée, Directrice, courriel (nathalie.prince @ univ-lemans.fr)

Delphine LETORT, Professeur en études anglophones, Directrice adjointe, courriel (delphine.letort @ univ-lemans.fr)

Secrétariat, Delphine HUET

Le Mans Université

MSH-Laboratoire 3L.AM
Avenue Olivier Messiaen
72085 LE MANS CEDEX 9

tél. 02 43 83 31 69
courriel (Delphine.Huet @ univ-lemans.fr)

 

 

Pour venir au Laboratoire

Par le train : à la gare du Mans, prendre le TRAM, direction "Université", arrêt "Campus Ribay"
Plus d'informations sur : www.setram.fr
Par l'autoroute : depuis  l'A11, sortie "Le Mans Ouest", direction...

Lire la suite

 

Université d’Angers

Manuelle PELOILLE, Professeur de civilisation espagnole contemporaine. Directrice, courriel (manuelle.peloille @ univ-angers.fr)
Erich FISBACH, Professeur de littérature et civilisation hispano-américaine, Directeur-adjoint.courriel (erich.fisbach @ univ-angers.fr)

 

Gestionnaire,  Joëlle VINCIGUERRA courriel
(joelle.vinciguerra @ univ-angers.fr)
MRGT, bureau102 - tél. 02 41 22 63 93


Secrétariat 3L.AM
Université d'Angers - UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines
Maison de la Recherche Germaine Tillion
5bis boulevard Lavoisier
49045 - ANGERS Cedex 01